Décrypter les étiquettes de confiture

Décryptage étiquettes & labels / /

Partagez :

Décrypter les étiquettes de confiture

Vous êtes gourmands et appréciez les confitures ? Apprenez, dans cet article, à décrypter les étiquettes pour mieux comprendre les mentions légales. Distinguez ainsi la confiture de la gelée ou de la marmelade.

Note : cet article parle de confitures au sens général en englobant tous les produits assimilés.

Marmelade, confiture ou gelée : les différences

La liste des dénominations légales de vente de confitures est longue… En voici les principales mentions expliquées ici par Délices d’initiés.

La confiture

Un produit ne peut être étiqueté sous la mention Confiture que s’il s’agit d’un mélange de pulpe de fruits et/ou purée de fruits, d’eau et de sucre. Pour la plupart des fruits, il faut au moins 35 g de fruit pour fabriquer 100 g de confiture. Une Confiture extra est encore plus riche en fruits. Elle doit en contenir au moins 45 g pour 100 g de produit fini.

La gelée

La gelée est un mélange de jus de fruits et/ou d’extrait aqueux de fruits avec de l’eau et du sucre. Le produit fini doit inclure utiliser au moins 35 g de fruits pour 100 g de gelée. Cette quantité de fruits est calculée en tenant compte de l’eau ajoutée contenue dans les extraits aqueux. La Gelée extra possède une quantité de fruits pour 100 g être supérieure ou égale à 45 g.

La marmelade

La marmelade contient, en plus de l’eau et du sucre, au moins au choix : pulpe, purée, jus, extrait aqueux ou écorces d’agrumes. 100 g de marmelade doivent contenir au moins 20 g d’agrumes. Il faut minimum 7,5 g provenant de l’intérieur du fruit (appelé endocarpe, qui n’est donc pas de l’écorce). La Marmelade-gelée est une marmelade filtrée. Elle ne contient donc pas de matières insolubles, à l’exception éventuelle d’un peu d’écorces émincées.

La crème

La crème de marron ou crème d’autres fruits à coque est un mélange de purée de marrons (ou d’autres fruits à coque), d’eau et de sucre. Il faut utiliser au moins 38 g de purée pour la confection de 100 g de produit fini.

La crème de pruneaux est un mélange de purée de pruneaux, de sucres et d’eau. La quantité de pruneaux nécessaire à l’obtention de 100 g de produit fini doit être d’au minimum 40 g. Les pruneaux utilisés ne doivent pas titrer plus de 23 % d’humidité.

Le confit

Le confit de pétale est un mélange de pétales de fleurs et/ou d’extrait aqueux de fleurs, de sucres et d’eau. Les fleurs pouvant être utilisées sont le jasmin, la violette et la rose. Il faut avoir au moins 0.5 g de fleur dans 100 g de produit fini.

Le confit de fruits confits est un mélange de fruits confits et de sucres. La quantité de fruits utilisée doit être supérieure ou égale à 45 g pour 100 g.

Le raisiné

Le raisiné de fruits : mélange de raisins et/ou de jus de raisin, qui peut être additionné de jus ou directement de fruits autres que le raisin. Il faut 45 g de fruits minimum dans 100 g de raisiné, dont 25 g de raisin minimum.

Les cas particuliers mentionnés concernent les teneurs minimales nécessaires pour certains fruits, par exemple les groseilles, les fruits de l’argousier, les fruits de la passion… Par ailleurs certains fruits ne peuvent pas entrer dans la composition des confitures ou gelées extra. Il s’agit des pommes, poires, melons, prunes (à noyau adhérent), pastèques, raisins, citrouilles, concombres et tomates.

Mentions obligatoires sur les étiquettes de confiture

Comme tous les produits, la confiture doit porter certaines mentions sur son emballage. Pour commencer voici les informations obligatoires communes à tous les produits (loi Information Consommateur) :

  • Dénomination légale de vente (voir ci-dessus  & dessous : description du type de produit) ;
  • Date de durabilité maximum (DDM) ou date limite de consommation (DLC) ;
  • Numéro du lot ;
  • Nom / raison sociale et adresse du fabricant. Si le conditionnement n’est pas réalisé par le fabricant, il faut indiquer les coordonnées du prestataire d’emballage précédées de la mention « emb. » ;
  • Liste des ingrédients, par quantités décroissantes. Pour les fruits mentionnés sur l’emballage (dans la dénomination de vente par exemple) la quantité utilisée doit apparaître (par exemple pour de la confiture d’abricot, vous devez indiquer la teneur en abricot). Enfin si la teneur résiduelle en anhydride sulfureux dépasse 10 mg/kg, faut le préciser dans la liste des ingrédients ;
  • Allergènes (mentionnés en plus ou mis en gras dans la liste des ingrédients) ;
  • Conditions particulières de conservation (à l’abri de la chaleur, dans un endroit sec, etc.) ;
  • Informations nutritionnelles : valeur énergétique, protéines, glucides et lipides ;
  • Quantité nette de produit exprimée en grammes (ou kg) pour les confitures.

En ce qui concerne le visuel de l’emballage, on ne doit pas utiliser d’images ou autres représentations de fruits qui ne rentrent pas dans la composition de la confiture. Pour les fruits représentés et présents dans le produit, la teneur doit être précisée.

Mentions spécifiques pour la confiture

Dénomination légale de vente

La dénomination du type de « confiture » doit être suivie du ou des fruits utilisés, par ordre décroissant de quantités utilisées. À partir de trois fruits, vous pouvez indiquer « … de plusieurs fruits » ou « … de [nombre de fruits] fruits ».

Quantités de fruit

La quantité de fruits utilisée doit être précisée, sous la forme « préparé avec … g de fruits pour 100 g ». Ce poids correspond à la quantité de fruits utilisée pour obtenir au final 100 g de produit.

Quantités de sucres

Il faut aussi indiquer la quantité de sucres présente dans le produit, sous la forme «  teneur totale en sucres : … g pour 100 g ». Le calcul de la teneur se fait à l’aide du degré Brix, mesuré dans le produit à 20°C. Le degré Brix est équivalent au pourcentage de sucres dans le cas de produits très sucrés comme les confitures. Ainsi si le degré Brix est de 62, il y a 62 g de sucres dans 100 g de produit.

Pour les confitures, gelées et marmelades, la teneur en sucres doit être d’au moins 55 %. Elle doit être au minimum de 60 % pour la crème de pruneaux, le confit de pétales, le confit de fruits confits, le raisiné et la crème de marron. Pour les crèmes d’autres fruits à coques, il faut qu’elle soit d’au moins 75 %.

De plus ces mentions spécifiques aux confitures et produits assimilés doivent apparaître dans un même champ visuel sur l’emballage.

Commentaires