Lécithine de soja : ingrédient controversé

Ingrédients controversés / /

Partagez :

La lécithine de soja

La lécithine de soja est composée de phospholipides (un glycérol sur lequel sont liés deux acides gras –insaturés ou non– et un groupement phosphate), notamment la phosphatidylcholine (80% en général), la phosphatidyl-inositol et la phosphatidyl-ethanolamine. Cet ingrédient fait partie des 10 éléments les plus utilisés dans l’industrie agro-alimentaire pour les produits transformés. Dans ce cas elle est utilisée comme émulsifiant ou stabilisant, et constitue moins de 1% du produit final : c’est un additif (E322). Elle peut aussi être utilisée comme complément alimentaire.

Qu’est ce que la lécithine de soja ?

La lécithine de soja est obtenue à partir de graines de soja. Celles-ci sont pressées, on obtient alors un mélange huile – lécithine, qui est alors décanté pour séparer les deux produits.

Elle est nommée sous plusieurs formes dans la liste des ingrédients de produits alimentaires :

  • E322 : directement extraite de produits animaux ou végétaux,
  • E322 : partiellement hydrolysée,
  • Phosphatidylcholine : une choline, un phosphate et deux acides gras. Présent dans la bile pour la digestion des matières grasses, dans les membranes cellulaires pour l’élasticité (30 % poids sec du cerveau, 15 % de celui des nerfs).

Pourquoi est-elle controversée ?

Ce qui pose problème pour de nombreux consommateurs, c’est le fait que la lécithine retrouvée dans les produits alimentaires soit presque toujours extraite du soja. Or le soja lui-même est très controversé à cause des graines OGM, des risques liés aux graines non fermentées, de la déforestation liée à la culture du soja, du fait que le soja stocke les pesticides, solvant, phyto-œstrogènes ainsi que d’effets indésirables pour les compléments alimentaires consommés en trop grande quantité.

Propriétés de la lécithine de soja

Riche en acides gras polyinsaturés (acides linolénique (ω-3) et linoléique (ω-6)), la lécithine de soja permet de lutter contre les dépôts de graisse et de cholestérol dans les vaisseaux sanguins (artériosclérose). La choline et l’inositol contenus favorisent le bon cholestérol (HDL) au détriment du mauvais (LDL).

La choline contenue, l’un des constituants principaux des membranes cellulaires, participe au bon fonctionnement du cerveau (la phosphatidylcholine représente 30 % du poids sec du cerveau), du cœur et du foie (permet d’éliminer les toxines, notamment l’alcool).

Les propriétés combinées des acides gras polyinsaturés et de la choline dans la lécithine permettent de lutter contre les calculs biliaires (composés de cholestérol principalement), les maladies du foie (cirrhose par exemple), les troubles neurologiques et ceux de la mémoire et le psoriasis.
Enfin, grâce à ses propriétés émulsifiantes, la lécithine permet de dissoudre les graisses présentes dans l’intestin et donc d’en empêcher l’accumulation : elle favorise ainsi la digestion. La bile est d’ailleurs composée majoritairement de lécithines.

Bien que reconnues aux Etats-Unis, la plupart de ces propriétés ne le sont pas encore en Europe faute d’études et de données sur le sujet. La lécithine reste cependant un liant utile dans l’industrie agroalimentaire.

Commentaires